DIVERTIMENTO - BULLES DE PHILO

Ouvrez les portes de l'école et choisissez de vous divertir avec la philosophie !
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'instinct maternel

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 17/09/2017

MessageSujet: L'instinct maternel   Mar 26 Sep - 17:56


Récemment, j'ai eu le plaisir d'assister à une petite réflexion sur l'instinct maternel entre quelques élèves.

J'aimerais que l'on mène un débat ici à ce sujet.

Par exemple, nous pourrions nous inspirer de cet extrait d'Elizabeth Badinter, qui prétend que l'instinct maternel n'est qu'un mythe  :

"À parcourir l'histoire des attitudes maternelles, naît la conviction que l'instinct maternel est un mythe. Nous n'avons rencontré aucune conduite universelle et nécessaire de la mère. Au contraire, nous avons constaté l'extrême variabilité de ses sentiments, selon sa culture, ses ambitions ou ses frustrations. Comment, dès lors, ne pas arriver à la conclusion, même si elle s'avère cruelle, que l'amour maternel n'est qu'un sentiment et comme tel, essentiellement contingent. Ce sentiment peut exister ou ne pas exister ; être et disparaître. Se révéler fort ou fragile. Privilégier un enfant ou se donner à tous. Tout dépend de la mère, de son histoire et de l'Histoire. Non, il n'y a pas de loi universelle en cette matière qui échappe au déterminisme naturel. L'amour maternel ne va pas de soi. Il est "en plus"."

Elisabeth Badinter, L'Amour en plus (1981)



Voici quelques pistes de réflexions complémentaires, qui sont toujours d'actualité :

http://www.ina.fr/video/I10021927

https://fr.wikipedia.org/wiki/Amour_maternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divertimento.forumactif.com
Petronius

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2017

MessageSujet: Re: L'instinct maternel   Mer 27 Sep - 0:43

Mme Badinter est de mon point de vue une femme admirable. Mais n'oublions pas qu'elle a été fortement engagée dans la cause féministe et que les questions qu'elle pose sur l'existence ou non de l'instinct maternelle ne sont pas étrangères à la défense de cette cause.
Cela dit, l'Histoire semble lui donner raison malgré tout. Pendant des siècles, les femmes de bonnes familles (pas plus que les hommes d'ailleurs) ne s'attachaient pas à leurs nouveaux nés et les confiaient pendant des années à des nourrices qui les élevaient plus ou moins bien. L'enfant ne devenait vraiment l'objet de leur attention que passé un certain âge. La mortalité infantile étant importante à cette époque on évitait de trop s'attacher aux nourrissons.
On en a déduit que l'instinct maternel n'était pas une chose évidente.

Mais ne s'agit-il pas plutôt d'une question de culture ?
Dans la Bible, l'instinct maternel est souvent évoqué, et il semblait naturel à cette époque. Les massacres des nouveaux nés évoqués sous Ramsès et sous Hérode sont considéré comme des monstruosités.
Par contre, on retiendra l'histoire du petit Talleyrand, rendu boiteux par la négligence d'une nourrice que son oncle trouva un jour jouant couvert de boue dans la campagne. L'homme le ramena au château et le présenta ainsi à sa mère qui demandait qui était ce petit monstre : "Je vous présente Madame, l'héritier des Talleyrand Périgord, votre fils !"

Aujourd'hui, il semblerait également qu'il diminue, les femmes étant de plus en plus dans l'obligation de travailler dans des conditions qui rendent difficile une vie de famille harmonieuse. L'instinct maternel serait donc plus ou moins développé en fonction des civilisations dans lesquelles ont évolue.
Mais qu'en est-il à l'état naturel ?
Dans le monde animal, les femelles semblent toujours très attachée à leurs petits et ce, quelque soit l'animal dont on parle.

J'en déduis que l'instinct maternel est certainement naturel, mais que selon la société dans laquelle on évolue, il existe, diminue ou disparaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 17/09/2017

MessageSujet: Re: L'instinct maternel   Mer 27 Sep - 11:09

Par bien des aspects, on pourrait considérer que l'homme est sorti de la nature.

Donc, quid de cet instinct naturel que tu évoques, Petronus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divertimento.forumactif.com
Petronius

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2017

MessageSujet: Re: L'instinct maternel   Mer 27 Sep - 13:08

Bonne question Divertimento, mais nous allons nous éloigner du sujet.

Je ne sais pas si l'homme est « sorti » de la nature, par contre il a toujours eu la volonté de la maîtriser, de se placer au-dessus. Dans l'Ancien Testament, Dieu lui dit « Dominez la terre et soumettez les animaux ». Rudes paroles qui peuvent être interprétées de façons tragique. S'ensuive alors, toujours dans l'AT des conseils et des recommandations qui l'amène non pas à agir en tyran, mais en co-gestionnaire bienveillant de cette nature.
Si je cite l'Ancien Testament, c'est parce que notre civilisation s'est fondée en partie sur ce dernier.

Mais depuis toujours, l’égoïsme propre à la nature humaine, l'a amené à tenter de contourner ces recommandations. Plusieurs épisodes nous le rappelle, de celui du déluge à celui de la tour de Babel. Chaque fois que l'Homme a été trop loin, la nature s'est rappelé à lui de manière fracassante.

Aujourd'hui, c'est le culte du veau d'or qui est à l'honneur. La réussite individuelle, le profit, la rentabilité... On construit des logements sur la faille de San Andreas tout en sachant qu'un jour, le « Big One » détruira tout cela. On persiste à utiliser des énergies polluantes ou dangereuse, sans soucis du réchauffement de la planète, de la montée des eaux (New York sera inondé en 2050 si l'on continue à ce rythme), sans parler des déchets du nucléaire qu'on enfouit mal ou qu'on balance dans la mer.
La réaction de la nature sera en proportion. Non pas d'une manière divine ou consciente, mais simplement par besoin d'équilibrer les choses ou de se sauvegarder elle-même. L'humanité ne compte pas devant la Vie en général. Si l'Homme devient un danger, alors il disparaîtra, ce n'est pas plus compliqué que cela. Comme ont disparu les dinosaures ou autres géants des mers de la préhistoire.
La nature n'agit pas en fonction de la morale humaine ou de sa volonté. Elle agit pas nécessité, et elle ne connaît pas la pitié, l'innocence ou la justice. Il est sot de penser que lors d'un cataclysme le juste sera épargné...

L'Homme d'aujourd'hui donc ne vit pas en harmonie avec la nature. Pourtant, bien des sagesses anciennes recommandent cette harmonie. Le taoïsme y fait constamment référence, et (pour revenir au sujet) parle de l'instinct maternelle de la terre envers ses créatures ; La mythologie grecque évoque Gaïa, la mère nourricière protégeant ses enfants de Chronos ; l'Ancien Testament loue la maternité et l'instinct maternel (On parle d'ailleurs toujours des « mères juives » pour se moquer des mères couvant trop leurs enfants), et aujourd'hui encore, on parle d' « une louve » lorsqu'on évoque une maman élevant ses enfants avec un instinct maternel développé.
L'instinct maternel est donc naturel à la femme, le contraire ne l'est pas. Certes, on trouvera également dans la nature des femmes n'ayant pas cet instinct. Sans doute pour la raison suivante : une société phallocrate qui sous prétexte que la femme est devenue l'égale de l'homme entend se venger en ne lui permettant plus de s'épanouir auprès de ses nouveaux nés. On considère trop souvent dans le monde de l'entreprise qu'une femme ayant des enfants est moins « productive » qu'une femme n'en ayant pas. On considère également qu'une assistante maternelle, c'est un emploi et que par conséquent il est bon d'encourager les femmes qui travaillent à reprendre au plus vite leur tâche et de confier les enfants à une tierce personne. Tout cela atrophie au fil des années ou des décennies l'instinct maternel.

Et puis il y a des femmes qui n'aiment pas les enfants et qui n'en veulent pas ou qui les subissent. Comme il existe en toute chose des minorités. Ce n'est pas une tare, et aucun jugement de valeur ne doit être porté. Il est naturel que la nature comporte des exceptions... Pour conclure avec humour, citons Jean Gabin dans « Le Président » : Alors qu'un député lui dit qu'il y a des patrons honnêtes, ce dernier répond : « Oui, il existe aussi des poissons volants, mais ceux-là ne représentent pas la majorité de l'espèce ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'instinct maternel   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'instinct maternel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels substituts au lait maternel pour bébé?
» substitut au lait maternel 100% naturel!
» Mémoire allaitement maternel...
» Allaitement maternel après intervention
» Conservation du lait maternel ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DIVERTIMENTO - BULLES DE PHILO  :: DÉBATS :: Problématiques-
Sauter vers: